La rentrée vient avec le choix des activités périscolaires…

choisir une acticité periscolaire

L’article ci dessous n’a pas d’ambition d’apporter des réponses sur l’éducation des enfants, et je ne veux en aucun cas influencer vos manières de faire, au contraire.

C’est un partage de mes réflexions du moment, à laisser ou à prendre en fonction des affinités.

Il m’arrive d’avoir peur de projeter mes propres ambitions et envies  tout comme mes angoisses et peurs sur mes enfants.  Cela vous arrive-t-l?

Pour cette raison je ne voudrais pas les influencer de trop dans le choix des activités périscolaires.

De plus, je trouve qu’on a tendance à accorder un peu trop d’importance aux activités périscolaires qui existent surtout pour les occuper après tout.

Et enfin, je trouve que si on ne donne pas l’opportunité de décider aux enfants ils vont avoir du mal à apprendre à le faire.

Mon mari lui a une vision encore plus détachée sur la question et trouve qu’on accorde excessivement d’importance à ce genre de choses.

Bref. Cette année encore nous avons laissé nos deux enfants hésiter, se questionner, ne pas savoir quoi faire, demander conseil et hésiter encore pour finalement choisir. Même la plus jeune qui n’a que cinq ans et qui a les idées pas très fixes parfois… Est-ce qu’on a raison? On verra en janvier je suppose! Mais bon, jusqu’ici elles ont toujours réussi à finir l’année.

 

 

Le parent et l’enfant n’ont pas toujours les mêmes idées sur l’activité périscolaire la plus adaptée


Je me rappelle que quand j’étais enfant je voulais faire du potager, parce que j’habitais en ville et cela me manquait. Mes parents ( qui trouvaient cette idée vraiment étrange) ont fini par m’inscrire à un atelier du genre « petit écolo » et j’ai adoré. Mais eux, ils étaient déçus parce qu’ils auraient sans doute voulu me voir faire un truc un peu plus physique et dynamique…  J’ai toujours été reconnaissante du fait qu’ils ont su respecté mon envie.

Quand un enfant n’a pas envie de faire d’activité périscolaire du tout, on s’inquiète qu’il ne sera pas assez stimulé, qu’il n’est pas curieux etc.

Quand un enfant demande trois activités ou plus on s’inquiète qu’il ne sait pas choisir, qu’il s’éparpille.

Quand un enfant change d’activité tous les ans, on s’inquiète qu’il ne persévère pas et qu’il abandonne à la moindre difficulté….

Quand un enfant persévéré au bout de cinq ans on le voit footballeur professionnel ou danseuse étoile un peu trop facilement.

Et au final… Avec un peu de recule on se dit que ce n’est que pour s’amuser, n’est-ce pas…

 

Apprendre à décider et à en supporter les conséquences

Choisir son activité périscolaire est d’après moi l’opportunité pour les enfants d’apprendre à décider et à assumer les conséquences de leurs choix. Des fois les enfants ont peu d’opportunité de décider ou de choisir, en particulier lorsque l’éducation se fait un peu « à l’ancienne ».

Lorsque le parent choisit les habits, la coiffure, l’activité périscolaire et la manière de fêter son anniversaire, l’enfant a peu d’opportunité d’apprendre à peser le pour et le contre de deux options, d’en choisir une et de assumer son choix s’il a mal choisi.

Personnellement , je considère que choisir son activité périscolaire est une manière facile et sans conséquences graves de leur donner une opportunité d’apprendre à décider.

Ceci dit,  je suis coupable d’ avoir essayé plus qu’une fois à influences ces choix!

 

Le choix des activités périscolaires a aussi des implications financières et d’organisation familiale

 

S’il est sans doute bien de permettre à l’enfant de décider sur l’activité périscolaire qu’il souhaite faire, parfois c’est juste pas faisable – avoir trop d’activités c’est à la fois trop cher et prend trop de temps. Choisir une activité qui implique un déplacement de 30 minutes n’est peut être pas raisonnable.

Alors il faut être prêt à avoir une discussion franche et ouverte avec l’enfant et lui apprendre que parfois ce qu’on veut n’est pas possible.

Plus facile à dire qu’à faire. Alors nous avons tous parfois eu recours à la solution de facilité- décider à leur place et couper court sur les discussions.

Pour éviter les choix instables, essayer de réfléchir à l’avance

 


Pour cette année ma grande fille ( 9 ans) a voulu ajouter une activité périscolaire. Techniquement c’est sa troisième activité périscolaire et cela peut être considéré de trop.

Son emploi du temps est déjà relativement chargé parce qu’elle a deux cours de danse classique par semaine. Pour des raisons familiales on lui a imposé un cours d’anglais qui demande une bonne heure de travail en dehors du cours lui meme aussi. . Mais comme ce n’est pas un choix, elle a avancé l’argument qu’elle pouvait choisir une deuxième activité et que le cours d’anglais est une « rallonge » de l’école. Fair enough comme on dit en anglais!

Donc, elle a eu le droit d’ajouter une activité supplémentaire.  Pendant deux mois elle a hésité entre danse hip hop et théâtre.  Ensuite, elle a envisagé les cours d’équitation.


Pour moi il a été très difficile de ne pas l’influencer parce que je suis une grande fan de hip hop.  J’ai réussi plus ou moins de ne rien dire… après avoir suggéré que la danse hip hop complète bien la danse classique… oups.. Et au final elle a demandé de faire un stage d’équitation pour faire son choix de manière informée. Après le stage elle a décidé sans hésitation pour le cheval.

Ma deuxième fille avait envie de faire du patin à glace parce qu’elle avait admiré la grande à son gala il y a quelques années et voulait avoir l’opportunité de faire son étoile aussi. Je suis allée avec elle à la pantoire plusieurs fois pour lui faire essayer et nous nous sommes bien amusées toutes les deux.  Un jour, nous avons visité un couple d’amis pour un week end ensemble. leurs filles font la gym et se débrouillent très bien. Ma deuxième a été très impressionnée et a hésité pendant de longs mois. Elle a voulu faire les deux mais on lui a demandé de choisir. Au bout de trois mois de réflexions elle a choisi la gym sportive.

Est-ce que dans trois elles vont changer d’idée? On verra!

Voilà donc où nous en sommes aujourd’hui. On en reparle en janvier pour voir si laisser les enfants peser le pour et le contre a été une bonne idée ou pas.

Et vous, comment choisissez vous les activité périscolaires des enfants? Combien d’activité font-ils par an? est-ce que cela change souvent ou pas?